La Communauté Française de Groundation
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La décroissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Luk
Grounded Fighter
Grounded Fighter
avatar

Nombre de messages : 740
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Re: La décroissance   Mar 13 Mar - 22:17

m'ci Pilousme... je me sentais bien seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La décroissance   Mar 13 Mar - 22:43

robaxe a écrit:
interessant en effet , mais helas je crois que c'est impossible...

va demander aux gens d'arreter de consomer , d'allez bouffer aux mac do... , de pas acheter toujours plus de machin truc chouette...

et faut bien se rendre compte que la majeur partis de la population en a rien a foutre des generation future , ou compte sur la science et la technique pour les sauver , mais en tous cas ils ne lacheront pas leur confort , ni arreterons d'aller bosser...

de toute facon le monde entier veux rejoindre le model occidental , les chinois sont prés a bosser comme des oufs pour ratraper notre niveau de vie...

meme si la france apliqué cette politique, mais sincerement je vois pas comment, le reste du monde resterez inchanger, tellement de pays n'aspire qu'a ça... (se qui est logique)

helas je crois que le monde court a sa ruine , et que on ne peux rien ni faire....

(d'ailleur j'y retourne au mac do , se soir faut pointer , faut gagner sa croute..., on en reparle plus tard)

Ce que nous ne savons pas assez, c'est que les mouvements décroissants sont de plus en plus nombreux, et partout notament aux Etats Unis avec de en plus en plus de convaincu. Mais t'inquietes, les médias de masse se gardent bien de le dire et les politiques s'esclaffent lorsqu'on leur parle de décroissance. Ce qu'il faut c'est informer les gens, il faut qu'on sache qua ca existe, il faut qu'on montre comment ca peut être mis en place et arreter de cultiver ces préjugés.

De toute façon j'étais deja convaincu comme je l'ai dit, mais franchement Albert Jacquard m'a mis sur le cul, et il a mis tout l'amphithéatre sur le cul. Ce mec est génialissime, il a une culture énorme, un savoir très poussé qu'il a mis au service de valeurs humanistes et on parle trop peu de lui, mais il a TOUT compris. Le probleme c'est le même, il est dommage que les gens qui sont venus a cette conférence étaient en majorité des personnes interpellées par le mur vers lesquel notre espèce se dirige...


Albert Jacquard ou l'homme qui a demandé au directeur des Jeux Olympiques de supprimer les podium au nom du sport (il ne supporte pas la compétition) ! J'ai trouvé cette anecdote énorme...


Dernière édition par le Mar 13 Mar - 22:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Luk
Grounded Fighter
Grounded Fighter
avatar

Nombre de messages : 740
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Re: La décroissance   Mar 13 Mar - 22:44

quelques livres... par ordre de préférence :






je viens de le commander...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La décroissance   Mar 13 Mar - 22:50

Paul Ariès, né le 11 mai 1959 à Lyon (France) est un politologue et écrivain français.

Il est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages concernant les « méfaits de la mondialisation ». Il est l'un des acteurs des grands mouvements sociaux de ces quinze dernières années : lutte contre la « malbouffe » et la « McDonaldisation », lutte contre le harcèlement au travail, lutte contre l'« agression publicitaire », lutte contre les sectes et contre l'extrême-droite, etc.

Paul Aries est l'un des porte-parole du Mouvement pour une rentrée sans marques. Il est aussi l'un des principaux animateurs du "Mouvement pour une décroissance équitable". Paul Ariès avait lancé en 2006 des Etats Généraux de la décroissance équitable (EGDE) en vue d'une participation des Objecteurs de croissance aux élections présidentielles de 2007.

Il fut durant sa jeunesse l'un des dirigeants de l'Union Nationale des Comités d'Action Lycéens (UNCAL) puis de l'UNEF, il a été Président du Centre Europe Tiers-Monde pour la France. Paul Aries fut l'un des « grands témoins » lors du procès de José Bové à Millau (« démontage » du restaurant McDonalds). Il est aussi en juin 2006 témoin au procès des « déboulonneurs » (antipub) de Montpellier. Paul Ariès lance en octobre 2006 un Manifeste pour une grève générale de la consommation (in No Conso, Golias, 2006) conçu comme un véritable mouvement social. Il oppose à la figure du consommateur celle de « l'usager maître de ses usages » et du citoyen. Cette campagne est relayée par plusieurs mouvements et réseaux tant en France qu'à l'étranger.

Paul Ariès enseigne la science politique mais aussi l'histoire et la sociologie de l'alimentation (prix littéraire de l'Académie nationale de cuisine). Il a été membre du jury international de l'association Slow Food.

Paul Ariès est membre de plusieurs comités de rédaction dont le journal La décroissance et la revue catholique de gauche Golias (lui-même est athée). Il collabore régulièrement avec Le Monde Diplomatique et est l'auteur de la notice « scientologie » de l' Encyclopedia Universalis.


Source : Wikipédia

J'aime beaucoup ses differents articles dans S!lence ou le journal La Décroissance. D'après ce que j'avais compris, la candidature prévue du parti de la décroissance était la sienne mais ca ne sera pas pour cette fois-ci.
Revenir en haut Aller en bas
natty jah
Almighty Grounded
Almighty Grounded
avatar

Nombre de messages : 2164
Date d'inscription : 21/09/2005

MessageSujet: Re: La décroissance   Mer 14 Mar - 4:08

de grands bouleversements sont forcement à venir, et très rapidement...
on en vit déja de très important depuis cinquante ans...
cette discussion est très interessante, mais le problème principal, comme toujours, c'est de résoudre des pays entiers à s'y soumettre...
j ai bocou de mal a imaginer que nous allons changer de maniere significative sans grands changements exterieurs (climatique, biologique, géopolitique, écologique)... l'homme a toujours fonctionné par le principe de "l'action>réaction".
Mais bon c'est pas perdu, de tte maniere personne n'a dit que le capitaliste ultra-libéral etait une fatalité.
Allons vivre dans un monde où des phrases comme "ha non chéri, prends pas la voiture, il nous reste que 20 kilometres pour finir le mois, et nous sommes que le 17..."... mais je sais pas si réguler très fortement le capitalisme en étant guidé par la protection de nos ressources et de notre planète sera malgré tout satisfaisant, menfin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forster
Grounded Soldier
Grounded Soldier
avatar

Nombre de messages : 286
Localisation : paris/bordeaux
Date d'inscription : 11/08/2006

MessageSujet: Re: La décroissance   Mer 14 Mar - 5:46

merci luk pour le résumé de kunstler, j'avais lu l'article de rolling stone magasine, vraiment excellent, clair, lucide sur tous les problemes que posent les energies alternatives. Tu en oublies cependant une (je ne sous entend pas que c la voie miracle), la fusion nucléaire, le reacteur iter a cadarache. Enorme source d'énérgie, sans pollution, si je ne m'abuse...S'en est encore au stade experimental, evidement.

Je tiens quand meme à préciser que ces problemes d'écologie, j'en suis tout à fait contient, et je m'active assez a droite et a gauche pour voir les solutions proposées...bref, je ne suis pas l'economiste dont tu parles, vivant dans sa tour d ivoire avec aucune conscience de la réalité tel un bureaucrate du FMI...d'ailleurs pour le moment, je ne suis pas économiste du tout Razz

moi ce qui me désole un peu, c'est votre pessimisme (qui tranche sans doute avec mon optimisme Wink ). Luke me repproche ma foi en la science, mais inversement, je peux deplorer qu'il n y croie pas une seconde...la dessus, l'avenir tranchera pour nous. Ce que je pense surtout, c'est qu'une decroissance remettrait en cause ENORMEMENT de choses, redifinirait un équilibre qui bousculeraient enormement les puissances etablies...et c justement parceque ces puissances financieres auront peur de ce boulversement qu'elle s'activeront pour trouver une alternative, afin de continuer à dominer. En un sens, c'est degueulasse, mais je crois bien que ces forces joueront ce role.

Et pilousme, tu n'as pas le monopole de la volonté de vivre en harmonie avec l'écosysteme Wink Ce n'est pas ce que j'entendais par utopiste. si je dis utopiste, c'est qu'un tel boulversement (la decroissance) nécessiterait OBLIGATOIREMENT une gouvernance mondiale, car soit on le fait tous ensemble, soit personne le fait (car celui qui le ferait seul serait perdant a coup sur). Et cette gouvernance mondiale, je n y crois pas, les civilisations n'agissent qu'en fonction de leur propore interêt. Recevoir pour donner, ca te dis quelque chose Luk??? je crois qu'on se comprend... Alors meme si c'était la bonne solution, je la pense sincèrement (et malheuresement) inapplicable. Il y a tellement de problemes depuis tellement d'années qui nécessitent une gouvernance mondiale, nous n'y sommes jamais parvenu.

J'ai fait un stage l'été dernier dans une boite de microfinance/promotion de dvpmt durable et d agriculture bio en egypte...Ca te sort de ta "bulle intelectuelle occidentale". Va leur parler d'écologie, va parler d'écologie à des gens qui ne savent pas si ils gagneront assez d'argent pour manger la journée...l'écologie leur parait etre un probleme de riches, point barre. Voila pkoi une gouvernance mondiale me semble, pour le moment et pour longtemps utopique.

Je suis totalement d'accord sur l'importance d'une intervention de l'etat dans nos pays...elle est indispensable. il est temps de surtaxer les 4x4, de subventionner les hybrides (c pas la solution, ok, mais c deja un pas...il ne faut pas cracher dessus). ce n'est qu'un exemple.

Concernant la charette pilousme, je ne faisais que citer Latouche (je ne sais plus dans quoi exactement...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luk
Grounded Fighter
Grounded Fighter
avatar

Nombre de messages : 740
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Re: La décroissance   Mer 14 Mar - 6:28

la fusion... en effet, j'ai oublié d'en parlé... donc pour résumer simplement, c'est qu'ils ont réussi à le faire avec 2 atomes en laboratoire. Le gros souci c'est qu'il n'ont pas encore trouvé le matériau qui puissent résister à la fusion. C'est con, mais c'est comme si on avait un reservoir d'essence qui ne supporterait pas l'essence. C'est un projet quasiment mort-né, plausible dans 100ans, mais sans pétrole, sans gaz, sans uranium sera t il encore possible de construire une centrale de ce type ? (materiaux, extractions, machines de levage...). Ce n'est pas avec l'énergie des eoliennes qu'on contruira une centrale à fusion froide.

Quant aux recherches, je veux bien mais... premièrement, les grandes découvertes sont en déclin depuis de nombreuses années (on a connu de grande invention, le boom entre nos parents, nos grandparents et nous meme est assez énorme.) maintenant c'est plutot au developpement des mp3, au pillule anti cellulite... c'est réducteur, mais le nombre de découvertes est en chute libre. (je vais essayer de retrouver le chiffre) Deuxièmement, si on avait reelement une solution au remplacement du pétrole, je pense que ca se saurait (il existe le charbon, les schistes bitumeux... mais ce ne sont que des paliatifs et certainement pas des solutions durables). Pourquoi les constructeurs font le forcing sur les bio carburants ? car ils n'ont que ca ! et je préfère un champ servant à nourrir des gens qu'un champ servant à faire rouler un 4x4. Il n'y a pas d'alternatives économique ni technologique au pétrole.

Le temps nous le dira, car nous tous, devrions vivre cette période trouble.

Quant aux polymères je serais curieux de connaitre les alternatives. Imaginez une voiture sans plastique ? voir meme une voiture avec le prix au kilo du plastique de 100 fois son prix actuels ? vous imaginez ? et a quoi faites vous volez un avion s'il n'y a plus de kerosène ?

Ce n'est pas a se fermant les yeux, ou en louant le Dieu Science, que les problèmes se résolveront. Ce que Hulot propose, comme tous les tenants du developpement durable, c'est qu'au lieu de foncer à 100km/h dans le mur on réduise notre vitesse à 80km/h... au final ca ne changera pas grand chose. Le hic, c'est que comme d'hab, ceux seront les plus pauvres qui en payeront le prix !

Citation :
Recevoir pour donner, ca te dis quelque chose Luk??? je crois qu'on se comprend...

Non j'ai pas sais là !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La décroissance   Mer 14 Mar - 9:18

Yes Forster milles excuses pour l'adjectif utopiste qui t'a heurté, c'est que dès que tu parle de quelque de radicalement opposé à la pensée dominante on te traite d'Utopiste et je dégaine assez vite maintenant tout simplement pour ce que j'ai énoncé : l'utopie est de croire en une croissance infinie dans un monde finit !

Citation :

J'ai fait un stage l'été dernier dans une boite de microfinance/promotion de dvpmt durable et d agriculture bio en egypte...Ca te sort de ta "bulle intelectuelle occidentale". Va leur parler d'écologie, va parler d'écologie à des gens qui ne savent pas si ils gagneront assez d'argent pour manger la journée...l'écologie leur parait etre un probleme de riches, point barre. Voila pkoi une gouvernance mondiale me semble, pour le moment et pour longtemps utopique.

Il suffit simplement (non j'avoue, c'est pas simple mais c'est comme ca) d'admettre que la voie que nous avons pris n'est pas la bonne pour la survie de notre espèce et pire, pour les autres espèces non plus (si c'est pas salaud ça...). Si nous faisons le bilan catastrophique (qu'il soit social, écologique, économique) je crois que c'est une question de bons sens que de refuser cet avenir là pour eux qui nous ont regardé nous enrichir.

Finalement je crois que ce qui m'écoeure le plus c'est surtout qu'on s'obstine (le pouvoir) a nous faire croire qu'on guerira en relançant encore plus la croissance...Soyons raisonnable, le capitalisme a prouvé que nous ne pouvons pas continuer, il est temps de changer. Luk a très bien imagé selon moi le dévelopement durable, au lieu de foncer dans le mur a 100 km/h nous le ferons a 80.

Je terminerai par une citation (oui j'adore les citations). Encore une fois je ne connais pas l'auteur, honte a moi.

Tout le monde savait que ce truc là était impossible à faire. Jusqu'au jour où quelqu'un qui ne le savait pas est arrivé, et ... il l'a fait.
Revenir en haut Aller en bas
Young Tree Clem
Grounded Fan
Grounded Fan
avatar

Nombre de messages : 32
Age : 30
Localisation : between reality and dream
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: La décroissance   Mer 14 Mar - 10:22

Bon je vais surement être plus brève que vous,il ya tellement de choses qui ont été dites que c'est difficile de faire la part des choses,et merci à tous car j'ai appris beaucoup de trucs(merci pour les titres des bouquins c'est cool).
En gros je n'arrive pas à me faire une idée sur ce que pourrait être une décroissance actuellement. J'ai du mal à croire que chaque personne sur cette Terre soit préte à renoncer à ses privilèges,et réequilibrer la répartition des ressources dérange trop les intérets personnels de chacun. Quand on voit seulement en France à quelle point la population et les génèrations sont divisées, on a du mal à imaginer tous les Etats s'accorder sur des décisions communes, car comme ça a été dit une décroissance devrait concerner tout le monde,sinon...on se ferait bouffer!c'est révèlateur!
Je pense que outre les nouvelles énergies, l'agriculture...ce qui est important,quelqu'un l'a dit, c'est l'"éducation".Le monde dans lequel nous vivons est complexe car extrèmement diversifié(6 milliard d'humains, imaginez le nombre de pensées qui émergent là!)..mais nous avons ou devrions avoir tous une chose en commun, les valeurs humaines. Je pense qu'avant de changer quoi que ce soit, pour trouver des solutions à tout ce qui peut représenter un problème pour la survie de l'Humanité, il faut que les esprits changent. Les valeurs humaines se perdent, sont trop souvent oublier. Avant de savoir quelle énergie remplaçera le pétrole, quelle économie mondiale, quelle politique mondiale pourraient exister; il serait mieux, pour arriver à cohabiter à 9 milliards sur notre petite Terre, de retrouver ce qui nous lie tous les uns aux autres, l'essence de l'humanité. Et pour ça chacun doit mettre son grain de sel,mais certain te demanderont quel intérêt ils en retireront...
Ce discours peut paraitre "utopique"(!!) mais c'est notre génèration, les anciennes, les autres espèces même si elles veulent (on peut demander à ET de venir aussi!) d'apprendre aux,ou plutôt d'apprendre avec, les nouvelles génèrations...le pourquoi et le comment de notre existence sur Terre. (et d'arrêter de penser chacun de notre côté que notre seule vie prime sur les 6 milliards qui reste, à bas l'individualisme et la misère humaine)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lamafari
Grounded Fan
Grounded Fan
avatar

Nombre de messages : 56
Age : 32
Localisation : taverny 95
Date d'inscription : 18/02/2007

MessageSujet: Re: La décroissance   Mer 14 Mar - 11:41

c'est magnifique si bien resumé et si simplement, sa ft plaisir et sa touche!!!
bravo, jsuis a fond avec toi ( avec tt lmonde d'ailleurs!!! Very Happy )

jte conseil un ptit bouquin tres sympa parlant des fondements de l'humanité et de notre place sur Terre...
"l'ermite" de Lobsang Rampa

ATTENTION, tt se qui est raconté dans ce livre est de pure "réalité"...
beaucoup de gens trop plongé dans le monde matérialiste y verront qu'une oeuvre de fiction, de roman et d'illusion!
cela depend de l'evolution spychique de la personne qui le lit, mais libre a chacun de penser et de croire ce qu'il veut!!!
tt se que je sais c'est qu'il peut faire beaucoup de bien et faire réfléchir dans "le bon sens"!!! Very Happy

en tt cas j'espère que beaucoup de gens le lira...!

I lit a caddle!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forster
Grounded Soldier
Grounded Soldier
avatar

Nombre de messages : 286
Localisation : paris/bordeaux
Date d'inscription : 11/08/2006

MessageSujet: Re: La décroissance   Mer 14 Mar - 12:02

Citation :

Luk a très bien imagé selon moi le dévelopement durable, au lieu de foncer dans le mur a 100 km/h nous le ferons a 80.



Certes, mais l'ecosysteme est capable de traiter une certaine dose de pollution. Si nous passions a 60, l'équilibre pourrait se rétablir. Le développement durable, j'ycrois. Il s'agit avant tout de concilier economie et ecologie de maniere durable, en instaurant un cycle qui permet de produire sans détériorer quoi que ce soit. Si je me souviens bien de mes cours de bio de seconde (ca date Razz ),en prenant l'exemple de la sylviculture...soit tu deforestes à fond, tu te fais de la thune, mais tes descendants n'auront plus d'arbres, soit tu vends regulierement une partie de ta foret, tout en optimisant la pousse des young tree Laughing , de maniere a ce que la foret puisse etre exploitée de maniere durable par tes descendants...Personnelement, c'est peut etre naif, mais la je vois 0 défauts...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antoine
Webmaster
Webmaster
avatar

Nombre de messages : 2878
Age : 31
Localisation : France
Date d'inscription : 16/09/2005

MessageSujet: Re: La décroissance   Mer 14 Mar - 12:09

Forster a écrit:
Citation :

Luk a très bien imagé selon moi le dévelopement durable, au lieu de foncer dans le mur a 100 km/h nous le ferons a 80.



Certes, mais l'ecosysteme est capable de traiter une certaine dose de pollution. Si nous passions a 60, l'équilibre pourrait se rétablir. Le développement durable, j'ycrois. Il s'agit avant tout de concilier economie et ecologie de maniere durable, en instaurant un cycle qui permet de produire sans détériorer quoi que ce soit. Si je me souviens bien de mes cours de bio de seconde (ca date Razz ),en prenant l'exemple de la sylviculture...soit tu deforestes à fond, tu te fais de la thune, mais tes descendants n'auront plus d'arbres, soit tu vends regulierement une partie de ta foret, tout en optimisant la pousse des young tree Laughing , de maniere a ce que la foret puisse etre exploitée de maniere durable par tes descendants...Personnelement, c'est peut etre naif, mais la je vois 0 défauts...

Mais pourquoi tout doit être guidé par l'économie ??!!! je ne pense pas que tout doit être décidé d'un point de vue économique.

_________________
Education is the key
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.groundation.fr
Forster
Grounded Soldier
Grounded Soldier
avatar

Nombre de messages : 286
Localisation : paris/bordeaux
Date d'inscription : 11/08/2006

MessageSujet: Re: La décroissance   Mer 14 Mar - 12:42

parcequ'aujourd'hui, et c'est certes discutable, c'est elle qui régit le monde. L'ambition de la majorité des gens est de travailler et gagner de l'argent.

C'est quelque part triste, peut être, sans doute,mais sinon antoine, en fonction de quoi on raisonne?l'amour? cheers


et puis le sujet c'est la décroissance, c'est donc de l'économie Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luk
Grounded Fighter
Grounded Fighter
avatar

Nombre de messages : 740
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Re: La décroissance   Mer 14 Mar - 20:12

Citation :
Certes, mais l'ecosysteme est capable de traiter une certaine dose de pollution. Si nous passions a 60, l'équilibre pourrait se rétablir. Le développement durable, j'ycrois. Il s'agit avant tout de concilier economie et ecologie de maniere durable, en instaurant un cycle qui permet de produire sans détériorer quoi que ce soit. Si je me souviens bien de mes cours de bio de seconde (ca date Razz ),en prenant l'exemple de la sylviculture...soit tu deforestes à fond, tu te fais de la thune, mais tes descendants n'auront plus d'arbres, soit tu vends regulierement une partie de ta foret, tout en optimisant la pousse des young tree Laughing , de maniere a ce que la foret puisse etre exploitée de maniere durable par tes descendants...Personnelement, c'est peut etre naif, mais la je vois 0 défauts...

Pourquoi 60 ? pourquoi pas 10 ? je veux dire par là que c'est ce que propose les tenants de la décroissance, plus de sobriété, une matirise de notre consommation, une matitrise des dépenses energetiques, revenir à une empreinte écologique d'avant (des années 60), une remise en question de la consommation... tu partages probablement la meme vision, sauf que tu as peut etre une image déformée de ce qu'est la décroissance mais que le fond est le meme. Le developpement durable, faut pas se leurrer, pour les économistes, c'est continuer de croitre tout en respectant la planète, nullement de décroitre ! Nous consommons l'équivalent de 4 planètes ! réduisons notre consommation, dépenses donc par 4, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antoine
Webmaster
Webmaster
avatar

Nombre de messages : 2878
Age : 31
Localisation : France
Date d'inscription : 16/09/2005

MessageSujet: Re: La décroissance   Mer 14 Mar - 21:27

Forster a écrit:
parcequ'aujourd'hui, et c'est certes discutable, c'est elle qui régit le monde. L'ambition de la majorité des gens est de travailler et gagner de l'argent.

C'est quelque part triste, peut être, sans doute,mais sinon antoine, en fonction de quoi on raisonne?l'amour? cheers


et puis le sujet c'est la décroissance, c'est donc de l'économie Wink

du bien être des hommes non ? je suis sur t'y à même pas pensé Forster! king king $$$$$$$$$$$$
Et je ne dis pas qu'il faut pas gagner de l'argent, je dit que c'est pas ça qui doit nous conduire dans la vie.

_________________
Education is the key
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.groundation.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La décroissance   Mer 14 Mar - 21:37

Forster a écrit:
parcequ'aujourd'hui, et c'est certes discutable, c'est elle qui régit le monde. L'ambition de la majorité des gens est de travailler et gagner de l'argent.

Et si on travaillait moins ? Et si on pensait à autre chose qu'a gagner toujours plus, au profit de valeurs plus humanistes? (merci Clem d'avoir si bien écrit ce que je pensais tout bas. En fait tu as assez bien résumé une partie de la conférence de Jacquard sur l'Education et je partage à 100%) Le débat de la décroissance en amène une multitude d'autres, comme celui-ci sur le travail. Encore une fois, un cadre favorisé par l'Etat doit etre favorable.

Au bord de l'eau dans un petit village côtier mexicain, un bateau rentre au port, ramenant plusieurs thons. L'Américain complimente le pêcheur mexicain sur la qualité de ses poissons et lui demande combien de temps il lui a fallu pour les capturer :

" Pas très longtemps ", répond le Mexicain.
" Mais alors, pourquoi n'êtes-vous pas resté en mer plus longtemps pour en attraper plus? " demande l'Américain. Le Mexicain répond que ces quelques poissons suffiront à subvenir aux besoins de sa famille.

L'Américain demande alors : " Mais que faites-vous le reste du temps? "
" Je fais la grasse matinée, je pêche un peu, je joue avec mes enfants, je fais la sieste avec ma femme. Le soir, je vais au village voir mes amis. Nous buvons du vin et jouons de la guitare. J'ai une vie bien remplie ".

L'Américain l'interrompt : " J'ai un MBA de l'université de Harvard et je peux vous aider. Vous devriez commencer par pêcher plus longtemps. Avec les bénéfices dégagés, vous pourriez acheter un plus gros bateau. Avec l'argent que vous rapporterait ce bateau, vous pourriez en acheter un deuxième et ainsi de suite jusqu'à ce que vous possédiez une flotte de chalutiers. Au lieu de vendre vos poissons à un intermédiaire, vous pourriez négocier directement avec l'usine, et même ouvrir votre propre usine. Vous pourriez alors quitter votre petit village pour Mexico City, Los Angeles, puis peut-être New York, d'où vous dirigeriez toutes vos affaires. "
Le Mexicain demande alors : " Combien de temps cela prendrait-il? "
" 15 à 20 ans ", répond le banquier américain.
" Et après? "
" Après, c'est là que ça devient intéressant ", répond l'Américain en riant.
" Quand le moment sera venu, vous pourrez introduire votre société en bourse et vous gagnerez des millions ".

" Des millions? Mais après? "
" Après, vous pourrez prendre votre retraite, habiter dans un petit village côtier, faire la grasse matinée, jouer avec vos petits-enfants, pêcher un peu, faire la sieste avec votre femme et passer vos soirées à boire et à jouer de la guitare avec vos amis. "





Pour revenir au dévelloppement durable, j'ai aimé cette parole d'un ministre de l'envirronnement hongrois : Quand votre salle de bain est inondée, vous contentez-vous d'éponger par terre ? Personellement, je commence par fermet le robinet.
Revenir en haut Aller en bas
Forster
Grounded Soldier
Grounded Soldier
avatar

Nombre de messages : 286
Localisation : paris/bordeaux
Date d'inscription : 11/08/2006

MessageSujet: Re: La décroissance   Mer 14 Mar - 23:13

je préfére le mexicain à l'americain, y a pas de doutes....Et je suis tout à fait d'accord avec toi antoine, gagner de l'argent ne doit pas etre le but d'une vie, c'est meprisable, et je sais de quoi je parle, je suis pas mal entouré de ce genre d'energumenes.... Crying or Very sad


Ce que j'essaye de faire, c'est decrire une certaine réalité. Mais on en revient au meme point, une nation qui seule decide de privilégier des valeures humaines, c'est une nation qui va couler. Et consommer moins c'est belle idée, mais comment??faudrait une baisse des prix, aujourd'hui avec1000€ par mois, tu ne vis pas, tu survis, ( sauf si t calé à la campagne). Ce que j'aimerais bien comprendre, c'est comment l'idéedeladecroissance est elle appllicable..?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La décroissance   Jeu 15 Mar - 0:39

J'étais dans ta situation il ya quelque temps.

On a une partie de la réponse quand on dit que l'Etat doit fortement intervenir. Et ça, c'est par le vote que tu agis lorsque tu es convaincu. Malheuresement c'est pas pour 2007 donc on devra attendre 2012.
On a une autre partie de la réponse quand on dit que l'Ecole doit changer, ca fait partie de l'état mais ce que je veux dire par là c'est que l'école aurait un rôle énorme dans cette décroissance.

Ce qu'il te manque donc, c'est de savoir comment appliquer la décroissance au quotidien si j'ai bien compris. J'ai trouvé quelques élements de réponses dans le livre dont j'ai parlé. Peut être que dans les autres tu trouveras également d'autres trucs interessants. L'exemple de la voiture est un condensé d'une volonté individuelle (préfèrer les transports en commun) et de la volonté de l'Etat (encourager ceci par un reseau plus dense). Je reste convaincu que sans l'Etat et la gouvernance mondiale nous n'arriverons a rien, et pour cela il faut parler de la décroissance, débattre comme ici, militer, montrer que les médias de masse nous font croire que des issues dites "durables" et basées sur la sainte technologie ne sont que des farces pour nous éloigner de l'essentiel.

Voila je crois Forster que au fond tu as la même vision des choses que nous mais tu n'y crois pas pas trop et il te manque juste un peu de lecture car nous ne sommes que des convaincus, mais être convaincant est plus difficile. Les écrits dont nous parlons sont ceux de politologues, économistes, chercheurs, ingènieurs, penseurs qui ont beaucoup réfléchis au concept...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La décroissance   Jeu 15 Mar - 9:26

En vrac, quelques textes provenant de l' Institut d'études économiques et sociales pour la décroissance soutenable. J'ai essayé de complèter des points que nous avons abordé, histoire d'éclaircir un peu les choses. note : le "Je" il me semble que c'est vincent cheynet, rédacteur de la revue casseurs de pub.

Un choix entre 2 chemins

En fait, nous nous trouvons à une croisée de chemins. Pour celles et ceux qui ont conservé une certaine lucidité, il est clair que nous atteindrons bientôt des limites infranchissables dans notre utilisation des ressources de la planète. La croyance dans les pouvoirs de la science et de la technologie de reculer indéfiniment les limites de la consommation n'est qu'un mythe dangereux. Les limites sont à nos portes et leurs conséquences bientôt inévitables ; la seule incertitude qui demeure se trouve dans l'ordre de leur apparition. Verrons-nous nos enfants se mettre à engendrer des monstres à cause de toutes ces substances mutagènes qu'ils absorbent quotidiennement dans l'air qu'ils respirent, l'eau qu'ils boivent et la nourriture qu'ils ingèrent ? A moins qu'ils ne se retrouvent tout simplement stériles &emdash; la baisse de production des spermatozoïdes est déjà bien amorcée dans tout le monde industrialisé... Les changements climatiques transformeront-ils nos pays en déserts ou en marécages ? La nature envahie par des organismes génétiquement modifiés sabordera-t-elle les cultures séculaires qui assurent l'essentiel de notre approvisionnement en nourriture? Les populations du tiers monde de mieux en mieux informées de leur appauvrissement croissant décideront-elles de se faire justice ?

Certes, si rien n'est fait, et rapidement, viendra le moment où il sera péremptoire d'agir. Devant les catastrophes, les gouvernements n'auront pas le choix. Mais vers quel type de société nous acheminerons-nous alors? Des sociétés autoritaires où l'on imposera des mesures restrictives à la majorité ; mais décidées d'en haut, on peut être sûr que ces mesures épargneront les puissants. La société inégalitaire risque de devenir encore plus mal foutue, avec des privilèges encore plus grands pour une minorité.

Heureusement, au Nord comme au Sud, des femmes et des hommes ont compris que globalement, nous faisions fausse route, que la voie de la mondialisation qu'on nous présente comme désirable et inéluctable nous mène directement à la catastrophe. Ils ont aussi compris qu'il n'y a plus rien à attendre de nos gouvernements compromis et asservis au pouvoir de l'argent. Nos soi-disant démocraties occidentales n'ont rien de démocratique. Quand nous a-t-on consultés avant d'envoyer nos soldats bombarder l'Irak ou le Kosovo ? Avant de laisser les aliments issus d'organismes génétiquement modifiés envahir les tablettes de nos épiceries ? Avant de changer les règles de l'assurance-chômage ? Avant de brader notre système de transport par rail ? En fait, avant de prendre toutes ces décisions qui touchent directement nos vies ? Ceux qui décident à notre place sont achetés par la classe des capitalistes internationaux. Et la population accepte la situation parce qu'elle s'est laissée subvertir par la puissante machine idéologique du capitalisme, avec ses médias, ses vedettes qui nous entraînent dans leur sillage, les amusements qu'elle dispense, le crédit qu'elle rend accessible, la consommation qu'elle permet.

Le plus grand danger qui nous menace actuellement est la passivité. On nous présente la mondialisation comme une tendance inévitable, on nous dit qu'après l'échec du socialisme, le capitalisme et son leitmotiv de la primauté du marché demeure l'unique voie possible. Rien de cela n'est vrai. Sans connaître toutes les solutions aux problèmes sociaux et environnementaux auxquels nous sommes confrontés, sans avoir une vision précise de ce que serait la société idéale, il y a certainement d'autres voies d'action qui permettraient de progresser vers une écosociété, une société où les humains vivraient en harmonie entre eux et avec la nature. En somme, il s'agit d'abolir la soumission à l'économie pour nous donner une société qui favorise le bien-être complet de tous ses membres.

Comment opérer ces changements ? Je n'ai pas la prétention de connaître LA stratégie à adopter pour nous amener à cette société que je trouve désirable &emdash; où toutes et tous puissent vivre convenablement, dans des communautés solidaires et en sachant que leurs enfants pourront aussi vivre plus tard. Mais ma longue expérience de militantisme, mes nombreuses lectures et mes longues heures de réflexion m'ont amené à la stratégie suivante. Je crois que pour le moment il faut engager des actions portant sur trois fronts, qui sont d'ailleurs intimement liés :

1) Se libérer du système : à chacun de prendre des moyens de se sortir de la chaîne surconsommation-nécessité de gagner beaucoup d'argent-stress et fatigue-passivité. La simplicité volontaire est une voie qui permet de retrouver du temps pour vivre et pour agir.

2 ) S'unir pour faire plus avec moins : en développant nos communautés locales, on se donne des services qui permettent de vivre mieux à moindre coût et qui répondent davantage à l'intégralité des besoins (1).

3) Se donner des organisations nationales et internationales efficaces qui nous permettent de faire entendre nos voix haut et fort pour empêcher nos gouvernements de poursuivre dans la voie néolibérale. Ne nous faisons pas d'illusions, le capitalisme ne cédera pas facilement la place. Au pouvoir de l'argent, nous devons opposer les pouvoirs du nombre, de l'imagination et de la ténacité.


La simplicité volontaire

La voie de la simplicité volontaire s'ouvre par une démarche personnelle d'introspection : il s'agit pour chacun de trouver qui il est et d'identifier les moyens de répondre à ses vrais besoins ; et quand je parle de besoins, je pense au delà des besoins physiques de base, à ces besoins sociaux, affectifs et spirituels. Qu'est-ce qui me permet de m'épanouir pleinement, dans toutes mes dimensions et capacités? Dans notre monde d'abondance, cela signifie qu'il faut choisir ; non plus sous l'influence de la mode, de la publicité ou du regard des autres, mais en fonction de ses besoins authentiques. Par définition, choisir signifie prendre quelque chose et laisser de côté certaines autres choses. Quand on commence à choisir, on consomme moins ; et l'on a moins besoin d'argent pour vivre. On peut donc moins travailler et dans le temps ainsi récupéré, faire tout cela qui est essentiel à notre épanouissement : réfléchir, parler avec nos proches, manifester notre compassion, s'aimer, jouer... et aussi répondre par soi-même à une partie de ces besoins que nous comblons de plus en plus souvent par des achats, ce qui nous rend toujours plus dépendants. En fait, c'est là la dimension essentielle de la simplicité volontaire : le temps retrouvé, qui permet la conscience.

Prendre le temps de vivre, c'est prendre le temps de penser, c'est arrêter le temps, c'est jouir du moment présent. Quand on vit en courant, dans le stress, on ne voit pas passer le temps, on se laisse ballotter, entraîner par les circonstances et par la volonté des autres. Retrouver du temps, c'est reprendre le contrôle de sa vie, ce qui permet de se libérer véritablement, d'aller au delà de l'information superficielle, en dehors des courants s'il le faut. Modeler sa vie, la vivre comme on veut. S'engager aussi. Car ma conviction profonde est que lorsqu'on réfléchit, qu'on s'informe et qu'on s'ouvre les yeux, on ne peut accepter ce qui se passe dans le monde et on essaie de changer ce monde. La simplicité volontaire nous donne un levier pour ce faire ; dans notre monde fondé sur la consommation, c'est un refus de la consommation aveugle, c'est le cheminement vers une consommation éclairée, responsable, sociale, c'est un refus du système capitaliste qui est en train de ravager la planète.

La simplicité volontaire constitue actuellement un mouvement de société qui gagne chaque jour en importance. Aux Etats-Unis, on estime que de 12 à 15 % de la population auraient déjà pris cette orientation. Les chiffres pour le Québec ne sont pas connus, mais ils ne sont sûrement pas inférieurs à ceux-là. Depuis plus de deux ans, mon livre La simplicité volontaire, plus que jamais... est un best-seller et je suis appelé à prononcer au moins deux conférences par semaine sur le sujet, devant des auditoires variés et de plus en plus considérables. Il ne se passe pas de semaine sans que l'un ou l'autre des médias de masse ne consacre du temps à la question. Il existe un Réseau québécois de la simplicité volontaire (3) qui regroupe déjà plus de 400 membres. En Suisse, Pierre Pradervand anime depuis quelques années des ateliers qui aident les personnes intéressées à cheminer dans cette voie. En France, il est question de lancer une organisation nationale pour faire la promotion de la simplicité volontaire.




Un autre mode d'éducation


Tout au long de la campagne, nous avons énuméré bien d'autres dispositions ou réformes pour la décroissance soutenable. L'un de ceux que nous tenons pour décisifs concerne l'éducation des enfants. Il nous paraît indispensable de leur proposer sans endoctrinement, une vision différente d'une réalité vue sous un angle libéré des présupposés idéologiques qui ont conditionné les esprits, les relier de plus en plus à la nature comme matrice de vie et de survie, et conservatoire des invariants, donc de la pérennité de notre espèce. Nous avons souvent déploré que l'écologie ne soit pas enseignée avec la même rigueur que les mathématiques ou que tout autre matière sélectionnée pour leur utilité à la logique dominante. Introduire une approche plus solidaire et conviviale dans la relation entre enfants, c'est d'ors et déjà renforcer le lien social indispensable à son avenir. Abolir la compétitivité comme germe d'angoisse, de volonté de puissance et d'oppression au profit d'une rigueur qui serait au service de la générosité. Enseigner des disciplines manuelles donnant à l'enfant la plénitude de ses capacités et bien sûr le goût de la beauté, etc.


Relocaliser l'économie

Pour la décroissance soutenable, il faut également relocaliser l'économie, faciliter l'installation de petites structures agricoles à taille humaine et renoncer à ses monstruosités industrielles où des millions de créatures perçues comme des protéines souffrent le martyre pour alimenter nos insatiables mandibules. Ainsi renoncer à ces déserts de maïs et cette monoculture destructrice des sols, des eaux, qu'elles épuisent et polluent pour produire des protéines animales sans valeur nutritive voire insalubre. Ces structures auront pour mission de satisfaire à la nécessité de produire et consommer localement des denrées de hautes valeurs nutritives produites avec des méthodes non préjudiciables aux sols, aux eaux souterraines, à l'environnement et bien entendu à la santé publique. Sauvegarder la biodiversité comestible et sauvage avec des aménagements appropriés garant de l'intégrité, de la beauté des paysages.

Concernant les aptitudes manuelles, il serait important de réhabiliter tous les métiers susceptibles de l'être et répondant à des besoins locaux : artisanat, services, assistance mutuelle. La production industrielle devra être définie sur les bases de ce que seule l'industrie est en mesure de réaliser. Il serait par exemple préférable d'avoir 200 cordonniers au travail, qu'une masse de chaussures produites par des machines, voire issue du travail délocalisé fait par des esclaves anonymes.

Toutes ces dispositions et bien d'autres encore auraient l'immense avantage de restituer aux être humains des capacités confisquées par le sacro-saint «gain de productivité», l'outrance et l'hégémonie technologique produisant des infirmes. Bien entendu, tout cela doit être accompagné par un comportement conscient et responsable de chaque citoyen õuvrant à titre individuel et collectif à la réduction du superflu, générateur de masse, de déchets tels que cela est devenu probablement pour la première fois le phénomène le plus aberrant de l'histoire humaine. A l'exemple de la nature qui n'a pas de poubelles, il serait judicieux et vital d'éradiquer les rebuts d'une façon drastique. Avec cette logique globale, la réduction du temps de travail se ferait par la réduction d'une productivité excédentaire. Le temps ainsi libéré pourrait être mis à profit pour des travaux de réhabilitation des environnements dégradés, à des actions qui ne seraient plus du secourisme social souvent sans résultats, mais à la construction d'un lien social indispensable pour un avenir où l'on ne sait d'ors et déjà pas ce que sera par exemple la condition des vieillards et des enfants ; bref, en mettant l'humain et la nature au centre de nos préoccupations, les inspirations ne nous manqueront pas.

D'aucuns peuvent trouver ce programme irréaliste, impossible à appliquer. Notre conviction est que nous n'aurons de toute façon pas le choix. Cela implique bien entendu pour chacun de nous de se considérer comme le lieu de sa propre mutation, laquelle induira la mutation de la société toute entière.
Revenir en haut Aller en bas
Rastarob
Grounded Soldier
Grounded Soldier


Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 07/10/2006

MessageSujet: Re: La décroissance   Ven 16 Mar - 22:33

tout cela est vraiment très intéressant et je vous remercie pour non seulement poster des arguments valables, mais précis et documentés! ça met du piment au débat Twisted Evil

J'arrive à priori un peu tard pour revenir sur la "foi" en les scientifiques pour trouver une solution à tout ceci. Personnellement je fais des études de biologie et de chimie, et je vous ASSURE que la science a énormément encore à apporter à l'écologie mondiale. Tenez par exemple, l'un de vous critiquait par exemple l'énergie à l'hydrogène (je ne cite pas de nom parce que je ne sais plus et je ne veux pas citer la mauvaise personne Smile ): personnellement je suis presque sûr que ce sera en partie l'énergie de demain... Certes pour l'instant il coûte encore cher, mais des milliers de scientifiques travaillent tous les jours à découvrir comment faire de l'hydrogène moins cher... J'explique le principe de l'énergie à l'hydrogène en simple: prendre une sorte de pile, faire passer de l'eau, l'eau a toujours une activité électrique et utiliser cette énergie pour faire avancer une voiture. ça a l'air débile, mais avec 1 litre d'eau, on peut faire avancer une voiture simple (une golf par exemple) sur presque 100 km.......

Il existe des tas d'énergie que nous n'utilisons pas et qui pourtant ont des ressources incroyables: cette même personne se moquait des éoliennes... Oui une éolienne sur une voiture ça ne servira jamais à rien, mais par contre en Allemagne ils ont pu fermer des centrales à charbon grâce à des milliers d'éoliennes... Ou encore à Londres je crois, qui a planté des éoliennes dans la mer sur une île pas loin et qui fournit je crois 10% de l'énergie à la ville... (je ne vérifie pas mes chiffres, je les dis de tête)...

On peut aussi se moquer de l'énergie solaire mais celle-ci est en train de sauver au moment ou je parle des milliers de vie. Elle est désormais utilisé comme filtre à eau dans des pays comme les caraîbes ou d'autres pays d'Afrique où ce projet arrive doucement, où la simple consommation d'eau tue tellement elle est polluée, et à un prix plus que dérisoire et elle est fabriquée là-bas, il y a une usine sur place... Comme quoi on peut faire marcher l'économie et être propre, non?


Le gros problème de la société actuelle, c'est qu'on est bientôt tous d'accord sur le fait que la société actuelle ne pourra pas continuer ainsi, et pourtant... on ne fait rien! Vous me direz: mais à notre échelle, on ne peut rien faire... et bien là j'avance un immense BIEN SUR QU'ON PEUT!!!

Tenez, en suisse (oui je suis suisse alors je prends les exemples locaux Razz ), on a parlé il y 2-3 semaines de refaire une centrale nucléaire vu que bientôt nous manquerons d'énergie. Il y avait un débat à la radio entre un écologiste et un protagoniste de la centrale: le protagoniste affirmait que nous en avons besoin et que nous ne pourrons pas nous en passer longtemps. Ensuite, calmement, l'écologiste répond : si nous enlèvions déjà tous nos appareils qui restent sous tension avec une petite lumière qui s'allume pour dire STAND BY, la suisse économiserait presque 20% de son énergie... Vous je sais pas mais moi ça m'a fait énormément réfléchir. Certes je ne suis pas mieux que la majorité de la population et je prends autant part que tout le monde à cette surconsommation, mais désormais j'essaie en tout cas de faire des efforts...


En ce qui concerne l'éducation, je n'utiliserais pas ce terme... Si nous parlons d'éducation cela n'inclut que ceux qui n'en ont encore pas ou peu, c'est à dire les enfants dans nos pays et les illettrés dans les autres pays... je serais plus pour un programme de sensibilisation, qui concernerait le monde entier. Cela c'est peut-être un peu utopiste mais si nous voulons être tous d'accord et sauvez tous ensemble notre planète, il faudra sûrement y passer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La décroissance   Ven 16 Mar - 22:51

Je suis atteré à chaque fois que je vais chez des amis qui ont ces veilles allumées ! Bougre c'est pourtant pas difficile d'acheter une multiprise avec interrupteur a 15€ comme ça la TV, le lecteur DVD, le magnétoscope, le décodeur TNT, la chaine HI-FI ne sont jamais en veille ! Bon ceci dit, le pls intelligent serait de ne pas les fabriquer ces veilles à la con qui servent à rien, mais bon...
Revenir en haut Aller en bas
Rastarob
Grounded Soldier
Grounded Soldier


Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 07/10/2006

MessageSujet: Re: La décroissance   Ven 16 Mar - 23:13

D'ailleurs je ne sais pas si vous avez vu (personnellement je n'ai pas vu je ne regarde pas la télévision mais on m'a raconté), à cette émission où l'on élisait le meilleur inventeur, dans le genre de la nouvelle star, et un type est débarqué en disant que lui ne voulait pas gagner cette émission mais simplement montrer son invention à la télé pour faire du bruit, et il avait inventé une sorte de rallonge qui coupe automatiquement l'électricité à un appareil qui se met en veille...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luk
Grounded Fighter
Grounded Fighter
avatar

Nombre de messages : 740
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Re: La décroissance   Sam 17 Mar - 0:20

je réponds rapidement sur l'hydrogène avec ce que je peux me souvenir.

1 / l'hydrogène n'est pas de l'energie, c'est un vecteur d'energie. Cela signifie que l'hydrogène pour le fabriquer il faut de l'energie, (nucléiare, gaz, charbon...). Il s'agit bien d'une pile.
2/ l'hydrogène est le plus petit des atomes, cela signifie qu'il passe sans souci a travers les alliages. Cela signifie qu'il y a des fuites d'hydrogène dans un reservoir
3/ l'hydrogène doit etre compressé à plus de 600b, 3 fois plus que le GPL. Donc consommation d'energie pour compresser le gaz afin qu'il devienne liquide (pour qu'il prenne moins de place) !
4/ Comment alimenter les stations services ? il faudrait plusieurs centaines de semi-remorques par jour pour rempoter les cuves à hydrogène
5/ hypra explosif. Un accident et zou, c'est la méga explosion... donc obliger de faire des reservoir en acier avec une épaisseur considérable
6/ protection des sites (stations à hydrogène) du risque d'attentat. Ca exploie pour un rien l'hydrogène, imaginez les terroristes qui s'en donnnerait à coeur joie
7/ l'autonomie n'est pas non plus énorme
8/ le cout de fabrication des moteurs est énorme, seuls les plus riches pourront se permettre de rouler... mais tout le monde paiera l'entretien des routes !
9/ pourquoi les constructeurs automobiles ne se tournent pas faire cette technologie ? (qui existe depuis très longtemps) Ils preferent de loin les "bio-carburants" (un autre leurre par ailleurs)

il faudrait que je récupère le livre de Kunstler (la fin du pétrole) pour le reste de l'argumentation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rastarob
Grounded Soldier
Grounded Soldier


Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 07/10/2006

MessageSujet: Re: La décroissance   Sam 17 Mar - 0:44

Je recommence donc ce que j'ai dit avant: l'hydrogène est une ressource que l'on travaille! Lorsqu'une solution sera trouvé à la production (puisque c'est désormais le seul problème qui se pose véritablement, ceux que tu exposes étant en partie déjà résolus), ce sera l'énergie la plus fantastique que l'on connaisse, propre et bcp plus efficace que du pétrole.

Tu dis que les constructeurs automobiles ne se tournent pas vers cette technologie et tu te trompes, des voitures ont déjà été crées fonctionnant avec une pile à hydrogène... Le seul problème, c'est que pour l'instant cette technologie est encore trop volumineuse et coûteuse...

Et je m'insurge encore contre les bio-carburants que tu traites de leurres... Certes ce n'est pas avec ça qu'on va sauver le monde, mais c'est toujours mieux que brûler du pétrole non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luk
Grounded Fighter
Grounded Fighter
avatar

Nombre de messages : 740
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Re: La décroissance   Sam 17 Mar - 1:04

t'as pas du lire chacun de mes points (attentat, fuite, recharge...) pas grave (au fait tu produis comment l'hydrogène ?)

Quant aux bio carburants... bon imaginons un monde sans pétrole (ou un pétrole très très cher ce qui ne saurait tarder). Le cout des engrais sera énorme, il faudra faire rouler les tracteurs, on ne fera que de la monoculture, appauvrisant les sols, il y aura le cout de la main d'oeuvre, etc. Et pusi un tracteru, ca roule pas tout seul, faut y mettre du bicarburant. Donc le tracteur va produire ce qu'il utilisera en carburant pour produire des cultures qui serviron à faire de l'essence... on se mord la queue ! scratch

déjà qu'il y aura un problème pour nourrir tout le monde, on va reserver nos champs à faire rouler des 4x4 ? tu sais combien d'hectare pour faire décoller un avion ? je préfère les utiliser pour nourrir la population, vu que la croissance en terme d'habitant est exponentielle. Et sans parler d'un poitn de vue économique... agriculture subventionnée, concurrencé par d'autres beaucoup moins chers... fini le libre echange ? car quitte à rouler dans ma bmw, je préfère mettre l'essence la moins cher ! on va donc payer encore pour qu'une minorité puisse rouler.

Ah mais j'oubliais, vive les OGM, les nanotechnologies !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La décroissance   

Revenir en haut Aller en bas
 
La décroissance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum Groundation.fr :: Autres :: Discussion-
Sauter vers: